En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée

En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée

Des fusées éclairantes israéliennes dans le ciel au-dessus de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 décembre 2023.

Live en cours

Le procureur de la Cour pénale internationale, Karim Khan, a déclaré dimanche que la CPI intensifierait ses efforts pour enquêter sur d’éventuels crimes de guerre dans le conflit qui oppose depuis bientôt deux mois Israël et le Hamas.

Le point sur la situation, lundi 4 décembre à l’aube

  • L’armée israélienne a confirmé, dimanche, étendre ses opérations terrestres à l’ensemble de la bande de Gaza. Israël a ordonné de nouvelles évacuations dans le Sud surpeuplé, tout en indiquant que les opérations menées dans cette région contre le Hamas ne seraient « pas moins fortes » que celles qui ont été menées dans le Nord. Les ordres d’évacuation ont été suivis de bombardements intensifs.
  • Dans la nuit de dimanche à lundi, une frappe sur une entrée de l’hôpital Kamal Adwan, situé dans le nord de Gaza, a fait plusieurs morts selon l’agence palestinienne WAFA, le gouvernement du Hamas accusant dans un communiqué l’armée israélienne d’une « grave violation » du droit humanitaire international.
  • Un navire de guerre américain a abattu trois drones, dimanche, en escortant des bateaux commerciaux en mer Rouge visés par des attaques depuis le Yémen, a annoncé le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom). Auparavant, les rebelles houthistes, soutenus par l’Iran, avaient revendiqué l’attaque de deux navires « dans le détroit de Bab-Al-Mandab », une voie navigable stratégique reliant la mer Rouge au golfe d’Aden. Les rebelles ont affirmé qu’ils continueraient à cibler les navires israéliens « jusqu’à ce que l’agression israélienne contre nos frères de la bande de Gaza cesse ».
  • L’armée israélienne a dit, dimanche, avoir mené « environ 10 000 frappes aériennes depuis le début de la guerre ». Elle a aussi annoncé avoir détruit depuis le début de son offensive terrestre environ 500 entrées de tunnels utilisés par le Hamas, sur un total d’environ 800 qui ont été découvertes.
  • Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a déclaré dimanche que la CPI intensifierait ses efforts pour enquêter sur d’éventuels crimes de guerre dans le conflit qui oppose depuis bientôt deux mois Israël et le Hamas, à l’issue d’une première visite en Israël et dans les territoires palestiniens.
  • La ministre des affaires étrangères française, Catherine Colonna, et le ministre des armées, Sébastien Lecornu, ont appelé à « une trêve durable entre Israël et le Hamas », dans une tribune publiée dans l’hebdomadaire La Tribune Dimanche. « La France joue un rôle déterminant pour parvenir à la libération des otages, enrayer l’escalade de violences dans la région et pour défendre ses intérêts et ses valeurs », écrivent les deux ministres.
  • Le ministère de la santé de Gaza, administré par le Hamas, a affirmé dimanche que plus de 15 500 personnes, dont 70 % de femmes et d’enfants, ont été tuées depuis le début de la guerre le 7 octobre dans les bombardements israéliens sur l’enclave palestinienne.

Le point sur la situation, dimanche 3 décembre au matin

  • L’armée israélienne continue de bombarder la bande de Gaza sur fond d’impasse pour renouveler la trêve avec le Hamas. Le mouvement palestinien a annoncé, dimanche matin, la mort de sept personnes dans une frappe israélienne au sud de la bande de Gaza. A Khan Younès, dans le Sud aussi, l’hôpital local Nasser comptait samedi « 1 000 patients, soit plus de trois fois sa capacité », a souligné, sur X, le chef de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus.
  • L’armée israélienne a annoncé, dimanche, la mort de deux soldats. L’un d’eux, âgé de 25 ans, a été tué samedi soir lors de combats dans le centre de la bande de Gaza. L’autre, âgé de 20 ans, a succombé à ses blessures dans la nuit de samedi à dimanche, après avoir été blessé lors d’une bataille le mois dernier dans le nord de la bande de Gaza.
  • La guerre continuera « jusqu’à ce que tous ses objectifs soient atteints », notamment la destruction du Hamas, a déclaré le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, samedi, en conférence de presse.
  • Saleh Al-Arouri, chef adjoint du bureau politique du Hamas, a déclaré sur Al-Jazira qu’« il n’y a pas de négociations en ce moment » avec Israël, et qu’il n’y aura plus d’échanges de prisonniers tant qu’il n’y aura pas de cessez-le-feu à Gaza et « tant que l’agression terroriste sioniste ne sera pas terminée ».
  • « Israël doit en faire plus pour protéger les civils innocents », a déclaré la vice-présidente américaine, Kamala Harris. « Franchement, l’étendue de la souffrance ainsi que les images et les vidéos qui nous viennent de Gaza sont dévastatrices », a-t-elle commenté.
  • Des milliers de personnes se sont rassemblées, samedi, à Tel-Aviv, en soutien aux otages toujours retenus dans la bande de Gaza par le Hamas. D’anciennes otages, certaines libérées dans le cadre de la trêve de sept jours qui a expiré vendredi, se sont exprimées pour la première fois publiquement, dans une vidéo diffusée devant la foule et ont exhorté Benyamin Nétanyahou à obtenir la libération des personnes encore captives.
  • Le président de la République, Emmanuel Macron, a appelé, samedi, à « redoubler d’efforts pour parvenir à un cessez-le-feu durable » dans la bande de Gaza. Selon le président français, l’objectif d’une « destruction totale du Hamas » devait être « précisé », car il risquait d’engendrer « dix ans » de guerre. « La bonne lutte contre le terrorisme n’est pas le bombardement systématique et permanent », a encore jugé M. Macron.
  • Des milliers de manifestants sont venus exprimer leur soutien au peuple palestinien dans les rues de Paris, samedi, avec des slogans réclamant un « cessez-le-feu permanent » dans le conflit entre Israël et le Hamas et dénonçant un « génocide » des Palestiniens.

Tout le live

Six anciens otages de Gaza de retour en Thaïlande

Six otages thaïlandais détenus depuis plusieurs semaines dans la bande de Gaza par le Hamas doivent arriver lundi dans le royaume, ont fait savoir les autorités thaïlandaises. Ils travaillaient principalement dans le secteur agricole en Israël lorsque des militants palestiniens ont lancé le 7 octobre une offensive sans précédent depuis la création d’Israël, tuant 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et en kidnappant environ 240, selon les autorités israéliennes.

Parmi les otages du Hamas, se trouvaient 32 Thaïlandais, dont le ministère des affaires étrangères et des groupes musulmans thaïlandais ont négocié la libération. Six d’entre eux devraient atterrir à l’aéroport de Suvarnabhumi à Bangkok, lundi, vers 14 heures (8 heures, heure de Paris), après des semaines de captivité. Depuis leur libération, le groupe était en convalescence dans un hôpital en Israël.

Ce vol fait suite au retour de dix-sept citoyens thaïlandais fin novembre, lors de la trêve temporaire qui a expiré le 1er décembre. Selon le ministère des affaires étrangères thaïlandais, neuf autres ressortissants sont toujours aux mains du Hamas.

La Thaïlande comptait quelque 30 000 citoyens en Israël au moment du raid, la majorité d’entre eux étant des travailleurs migrants venus des provinces les plus pauvres du nord-est du royaume.

Trente-neuf Thaïlandais ont été tués et dix-neuf blessés pendant la guerre. Le royaume a également évacué plus de 8 500 de ses habitants, selon le ministère des affaires étrangères thaïlandais.

Le point sur la situation, lundi 4 décembre à l’aube

  • L’armée israélienne a confirmé, dimanche, étendre ses opérations terrestres à l’ensemble de la bande de Gaza. Israël a ordonné de nouvelles évacuations dans le Sud surpeuplé, tout en indiquant que les opérations menées dans cette région contre le Hamas ne seraient « pas moins fortes » que celles qui ont été menées dans le Nord. Les ordres d’évacuation ont été suivis de bombardements intensifs.
  • Dans la nuit de dimanche à lundi, une frappe sur une entrée de l’hôpital Kamal Adwan, situé dans le nord de Gaza, a fait plusieurs morts selon l’agence palestinienne WAFA, le gouvernement du Hamas accusant dans un communiqué l’armée israélienne d’une « grave violation » du droit humanitaire international.
  • Un navire de guerre américain a abattu trois drones, dimanche, en escortant des bateaux commerciaux en mer Rouge visés par des attaques depuis le Yémen, a annoncé le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom). Auparavant, les rebelles houthistes, soutenus par l’Iran, avaient revendiqué l’attaque de deux navires « dans le détroit de Bab-Al-Mandab », une voie navigable stratégique reliant la mer Rouge au golfe d’Aden. Les rebelles ont affirmé qu’ils continueraient à cibler les navires israéliens « jusqu’à ce que l’agression israélienne contre nos frères de la bande de Gaza cesse ».
  • L’armée israélienne a dit, dimanche, avoir mené « environ 10 000 frappes aériennes depuis le début de la guerre ». Elle a aussi annoncé avoir détruit depuis le début de son offensive terrestre environ 500 entrées de tunnels utilisés par le Hamas, sur un total d’environ 800 qui ont été découvertes.
  • Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a déclaré dimanche que la CPI intensifierait ses efforts pour enquêter sur d’éventuels crimes de guerre dans le conflit qui oppose depuis bientôt deux mois Israël et le Hamas, à l’issue d’une première visite en Israël et dans les territoires palestiniens.
  • La ministre des affaires étrangères française, Catherine Colonna, et le ministre des armées, Sébastien Lecornu, ont appelé à « une trêve durable entre Israël et le Hamas », dans une tribune publiée dans l’hebdomadaire La Tribune Dimanche. « La France joue un rôle déterminant pour parvenir à la libération des otages, enrayer l’escalade de violences dans la région et pour défendre ses intérêts et ses valeurs », écrivent les deux ministres.
  • Le ministère de la santé de Gaza, administré par le Hamas, a affirmé dimanche que plus de 15 500 personnes, dont 70 % de femmes et d’enfants, ont été tuées depuis le début de la guerre le 7 octobre dans les bombardements israéliens sur l’enclave palestinienne.

L’agence palestinienne WAFA annonce plusieurs morts après une frappe sur un hôpital du nord de Gaza

Dans la nuit de dimanche à lundi, une frappe sur une entrée de l’hôpital Kamal Adwan, situé dans le nord de Gaza, a fait plusieurs morts selon l’agence palestinienne WAFA, le gouvernement du Hamas accusant dans un communiqué l’armée israélienne d’une « grave violation » du droit humanitaire international.

Contactée par l’Agence France-Presse pour savoir si elle avait bien bombardé le périmètre de cet hôpital, l’armée israélienne n’a pas répondu dans l’immédiat. Israël accuse le Hamas d’avoir installé des infrastructures dans ou sous des hôpitaux et d’utiliser les civils comme des boucliers humains.

Le ministère de la santé de Gaza, administré par le Hamas a affirmé, dimanche, que 15 523 personnes, dont 70 % de femmes et d’enfants, ont été tuées depuis le début des bombardements israéliens sur l’enclave palestinienne.

« Durant les heures passées, seuls 316 morts et 664 blessés ont pu être sortis des décombres et amenés dans des hôpitaux, mais beaucoup d’autres sont encore sous les décombres », a précisé le porte-parole du ministère de la santé du Hamas, Ashraf Al-Qidreh.

Les hôpitaux du sud de la bande de Gaza débordés par l’afflux de blessés alors que les réserves de carburant pour faire tourner les générateurs sont presque à sec.

« Les mots me manquent pour décrire les horreurs qui frappent les enfants ici », a déclaré, dimanche, dans une vidéo James Elder, un porte-parole de l’Unicef présent à l’hôpital Nasser. « Je vois arriver en masse des enfants parmi les victimes », avait-il déclaré plus tôt sur X.

Près de 10 000 frappes aériennes menées par Israël depuis le début de la guerre

L’armée israélienne a dit, dimanche, avoir mené « environ 10 000 frappes aériennes depuis le début de la guerre ». Elle a aussi annoncé avoir détruit depuis le début de son offensive terrestre environ 500 entrées de tunnels utilisés par le Hamas, sur un total d’environ 800 qui ont été découvertes.

Ces entrées de tunnels étaient « situées dans des zones civiles, pour beaucoup à l’intérieur de bâtiments civils, comme des écoles, des jardins d’enfants, des mosquées ou des terrains de jeu », a affirmé l’armée.

Israël accuse le Hamas d’avoir installé ses infrastructures dans un immense réseau de tunnels creusés dans le sous-sol de Gaza, en particulier dans des zones habitées, et d’utiliser les civils comme des boucliers humains.

Plus de 550 ressortissants étrangers et binationaux ont quitté Gaza, dimanche, par la frontière égyptienne

D’après

…. to be continued
>>> Lire la suite de l’article>>>
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source : Le Monde – https://www.lemonde.fr/international/live/2023/12/03/en-direct-guerre-israel-hamas-le-point-sur-la-situation-en-fin-de-journee_6203083_3210.html

ADVERTISEMENT

Related Posts

POPULAR NEWS

En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée - En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée * En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée | En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée | En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée | En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée | | En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée | | En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée | En direct, guerre Israël-Hamas : le point sur la situation en fin de journée