En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes

En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes

Une femme devant les drapeaux portant les symboles et les couleurs de l’Ukraine en commémoration des soldats ukrainiens morts au combat, sur la place de l’Indépendance, à Kiev, le 1ᵉʳ décembre 2023.

Live en cours

Volodymyr Zelensky a estimé samedi que l’Ukraine devait changer son système de recrutement de soldats. « Nous analysons tous les scénarios possibles » visant à produire des « résultats concrets » pour 2024, a déclaré le président ukrainien dans une allocution vidéo publiée vendredi soir.

L’essentiel, vendredi 30 novembre, à 21 heures

  • Les forces ukrainiennes auraient progressé sur la rive gauche du Dniepr
    Elles auraient pris position dans une zone boisée située au sud-ouest de Krynky, 30 kilomètres à l’est de Kherson, et sont sous le feu intense de l’aviation et de l’artillerie russes, selon le Journal d’un parachutiste, autre chaîne Telegram russe.
  • La Russie va réduire sa production de pétrole jusqu’en mars 2024, pour tenter d’augmenter ses recettes
    Les mesures de ce type permettent surtout de réduire l’offre de pétrole sur les marchés afin de stimuler les prix, un moyen pour Moscou de tenter d’augmenter ses recettes issues de la vente des hydrocarbures, grande source de revenus budgétaires dans le contexte de conflit en Ukraine et de sanctions occidentales visant son économie.
  • Des attaques imputées aux services de renseignement ukrainiens sur le réseau ferroviaire russe
    Deux relais ferroviaires ont été récemment sabotés dans la région de Moscou. Des agents ukrainiens auraient fait sauter une voie ferrée sibérienne que la Russie utilise pour se fournir en armes auprès de la Chine et de la Corée du Nord.
  • Volodymyr Zelensky visite le front et s’entretient avec Olaf Scholz et Rishi Sunak
    Ces discussions surviennent avant le sommet des 14 et 15 décembre à Bruxelles. Avec le premier ministre britannique, M. Zelensky a évoqué les besoins de défense de l’Ukraine, l’assistance financière et l’intégration euroatlantique.
  • La stratégie de défense de l’UE doit inclure l’Ukraine, selon la présidente de la Commission européenne
    L’industrie de la défense de l’UE devrait porter sa capacité de production de munitions à 1 million de cartouches par an, a affirmé Ursula von der Leyen. Cet objectif est distinct du plan de l’UE visant à fournir 1 million d’obus d’artillerie et de missiles à l’Ukraine d’ici un an, un objectif que l’UE n’atteindra probablement pas, selon le ministre de la défense allemand, Boris Pistorius, et d’autres responsables.
  • Un général russe tué par l’explosion d’une mine
    Le site Internet russe indépendant spécialisé dans le journalisme d’investigation iStories écrit qu’il s’agit « de la douzième annonce concernant la mort d’un officier supérieur russe en Ukraine. Parmi eux, la Russie a confirmé la mort de sept personnes, dont [Vladimir] Zavadski ».
  • L’OSCE devient un « appendice de l’OTAN », affirme le chef de la diplomatie russe
    Son président en exercice, le ministre des affaires étrangères de Macédoine du Nord, Bujar Osmani, à l’ouverture du conseil annuel de l’instance. Son homologue russe, Sergueï Lavrov, a répliqué que l’OSCE devient un « appendice de l’OTAN ».
  • La Russie s’oppose aux échanges de prisonniers, selon l’Ukraine
    Dmytro Lubinets, commissaire du Parlement ukrainien chargé des droits humains, a reproché jeudi à la Russie de s’opposer à tout échange de prisonniers de guerre. « Les échanges n’ont pas lieu parce que la Russie n’en veut pas », écrit-il sur Telegram.

Le point sur la situation, dimanche 26 novembre à l’aube

  • Kiev a été visée, durant la nuit de vendredi à samedi, par « l’attaque de drones russes la plus massive » qu’elle ait subie depuis le début du conflit. « L’alerte aérienne a duré six heures », et « cinq personnes, dont un enfant de 11 ans, ont été blessées », a fait savoir le maire de la capitale ukrainien, Vitali Klitschko.
  • Plusieurs quartiers de la ville ont été touchés et ont subi des dégâts. Des dizaines d’immeubles et de bâtiments ont ainsi été déconnectés du réseau électrique pendant plusieurs heures à Kiev à la suite de l’attaque. Le courant est revenu dans l’ensemble de la capitale à la mi-journée, a fait savoir l’administration militaire de la ville.
  • L’armée de l’air ukrainienne a déclaré avoir détruit 71 engins sur les 75 lancés par la Russie contre l’ensemble de l’Ukraine, Kiev en ayant été la cible principale. « La défense antiaérienne a fonctionné dans au moins six régions », a-t-elle précisé en évoquant des « drones du type Shahed[-136] », des engins de fabrication iranienne fournis par Téhéran à Moscou.
  • Paris a condamné samedi « avec la plus grande fermeté » l’attaque aérienne russe, a fait savoir le ministre des affaires étrangères français.
  • « Les dirigeants russes semblent fiers de leur capacité à tuer des gens », a déclaré le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, en réaction. Il a fait le lien entre la survenance de ces attaques massives dans la nuit et « la journée de commémoration du génocide de l’Holodomor », qui a eu lieu ce 25 novembre.
  • L’Ukraine a commémoré samedi la mémoire des victimes de cette grande famine qui a touché l’ancien pays soviétique en 1932 et 1933. Durant cette dernière, le pays a perdu de 4 à 8 millions d’habitants, sur fond d’une collectivisation des terres orchestrée, selon des historiens, par Staline pour réprimer toute velléité nationaliste et indépendantiste dans le pays, alors république soviétique. Dans un communiqué, Volodymyr Zelensky a déclaré qu’il est « impossible » pour les Ukrainiens de pardonner les « crimes » soviétiques.
  • L’armée russe repasse à l’offensive dans le secteur d’Avdiïvka, selon le maire de la ville. Les forces armées russes ont lancé leur troisième vague d’assauts depuis le 10 octobre dans cette ville de l’est de l’Ukraine, dont elle bombarde systématiquement le centre, a déclaré son maire, Vitalii Barabash, vendredi. Depuis plus d’un mois, cette cité industrielle presque encerclée fait face aux attaques incessantes des forces de Moscou, qui cherchent à s’en emparer depuis des années.

Tout le live

Le maire de Kiev adresse une critique à peine voilée envers Volodymyr Zelensky

Dans un entretien avec le journal allemand Der Spiegel publié vendredi, le maire de Kiev, Vitali Klitschko, émet une critique à peine voilée envers le pouvoir ukrainien.

« À un moment donné, nous ne serons plus différents de la Russie, où tout dépend des caprices d’un seul homme », déclare l’ancien champion du monde de boxe, sans citer néanmoins le président ukrainien, Volodymyr Zelensky.

Selon M. Klitschko, le pays a manqué de leadership au début du conflit avec la Russie. Il loue l’action des maires ukrainiens dans la protection de leurs habitants et le soutien à l’armée.

Chose étonnante, le maire de la capitale ukrainienne a déclaré qu’il n’avait pas parlé à M. Zelensky depuis le début de l’invasion russe, en février 2022. Selon lui, le pouvoir ukrainien voit les maires comme un obstacle.

L’administration Zelenky a déjà publiquement critiqué la façon dont M. Klitschko a géré la protection de Kiev depuis le début du conflit, en lui reprochant le mauvais état des abris antiatomiques de la ville et les pannes d’électricité prolongées.

Kiev interdit à l’ex-président Petro Porochenko un voyage à l’étranger

Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont affirmé samedi que l’ex-président Petro Porochenko – un rival de l’actuel chef de l’Etat, Volodymyr Zelensky – n’avait pas eu le droit de voyager à l’étranger, car il allait rencontrer le premier ministre hongrois, Viktor Orban, et risquait ainsi d’être « instrumentalisé par les Russes ».

Petro Porochenko, qui dirigea l’Ukraine de 2014 à 2019 et est aujourd’hui un député de l’opposition, avait affirmé vendredi avoir été bloqué à la frontière alors qu’il devait se rendre à l’étranger pour « des dizaines de réunions en Pologne et aux Etats-Unis ». Il assurait avoir pourtant reçu l’autorisation de quitter l’Ukraine, les voyages à l’étranger des responsables ukrainiens devant être validés par les autorités en vertu de la loi martiale, en vigueur depuis le début de l’invasion russe, en février 2022.

Samedi, les services de sécurité ont expliqué avoir reçu « des informations sur la préparation de provocations » par les Russes, dans le but de « réduire le soutien des partenaires étrangers » et de « diviser la société ukrainienne ». D’après eux, Moscou comptait se servir d’une rencontre entre Petro Porochenko et Viktor Orban, accusé d’être « anti-ukrainien ». L’ancien chef de l’Etat, à la tête du parti Solidarité européenne, n’a donc pas eu le droit de quitter l’Ukraine parce qu’il aurait pu être « instrumentalisé par les services de renseignement russes ».

Un mort et plusieurs blessés dans des attaques russes dans l’est de l’Ukraine, selon Kiev

Une personne a été tuée, et quatre autres blessées, dans plusieurs bombardements russes dans l’est de l’Ukraine, ont annoncé samedi les autorités ukrainiennes. Un civil a été tué par un bombardement dans la ville de Tchassiv Yar, et deux autres ont été blessés à Toretsk et à Bohdanivka, a déclaré le ministère de l’intérieur ukrainien sur Telegram.

La région de Donetsk, où se situent ces localités, est l’un des quatre territoires dont la Russie a revendiqué l’annexion en 2022, avec Kherson, Zaporijia et Louhansk. Son armée ne les contrôle pas entièrement, mais les combats y sont particulièrement intenses.

Dans la région de Tchernihiv, dans le Nord, une famille, venue rendre visite à un proche dans la ville frontalière de Semenivka, s’est « retrouvée sous le feu ennemi » samedi, a affirmé le gouverneur Viatcheslav Tchaouss. Un homme et sa fille, dont l’âge n’a pas été précisé, ont été blessés et hospitalisés, a-t-il ajouté.

Le renseignement britannique note que la Russie tenterait de corrompre des épouses de soldats

Selon le ministère de la défense britannique, les autorités russes tenteraient de réprimer la contestation exprimée par des groupes de femmes contre la mobilisation des soldats. Pour ce faire, la Russie essaierait d’acheter ou de discréditer en ligne certaines épouses de soldats déployés en Ukraine.

« Les recherches menées par les médias russes indépendants et les commentaires des épouses protestataires elles-mêmes suggèrent que, ces dernières semaines, les autorités ont probablement proposé des paiements en espèces plus élevés aux familles en échange de leur abstention de manifester », rapporte le renseignement britannique dans sa note quotidienne concernant le conflit.

Dès novembre 2022, des femmes sont sorties de leur silence pour demander le retour de leurs proches envoyés combattre en Ukraine. Si le mouvement est difficile à quantifier, il est, au moins, embarrassant pour le pouvoir.

Volodymyr Zelensky estime que l’Ukraine doit changer son système de recrutement de soldats

Dans une allocution vidéo publiée vendredi soir, Volodymyr Zelensky a déclaré que l’Ukraine devait améliorer son système de recrutement militaire. Faisant état d’une réunion avec le commandement militaire, le président ukrainien a fait savoir que plusieurs scénarios quant à la suite du conflit en 2024 ont été étudiés. « Nous analysons tous les scénarios possibles » visant à produire des « résultats concrets » pour 2024, a-t-il déclaré, alors que la contre-offensive ukrainienne est actuellement en échec.

Le président ukrainien a également affirmé qu’il fallait revoir le système de recrutement des soldats : « Tout le monde en Ukraine comprend que des changements sont nécessaires dans ce domaine. Ce n’est pas simplement une question de nombre, de personnes qui peuvent être mobilisées… C’est une question de calendrier pour chaque personne qui est actuellement dans l’armée, pour la démobilisation, et pour ceux qui rejoindront l’armée. »

Cette intervention survient alors que l’armée ukrainienne cherche à recruter de nouveaux soldats à mobiliser, en particulier chez les plus jeunes. Elle survient aussi au lendemain de la médiatisation de plusieurs scandales dans le pays, dont certaines affaires de corruption qui impliquent des responsables de centres d’enrôlement dans l’armée.

Par ailleurs, les propos de Volodymyr Zelensky ont été tenus le jour où le président russe, Vladimir Poutine, a signé un décret ordonnant d’augmenter de 15 % les effectifs de l’armée russe.

« Le peuple russe vit peut-être le meilleur moment de sa vie », considère l’historien russe Sergueï Tchernychev, dans une tribune au « Monde »

L’historien russe Sergueï Tchernychev vit à Novossibirsk (Sibérie occidentale), où il a fondé plusieurs institutions éducatives, qu’il continue de gérer malgré la pression des autorités. Il est classé par Moscou, comme beaucoup d’opposants et d’ONG, « agent de l’étranger ».

…. to be continued
>>> Lire la suite de l’article>>>
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source : Le Monde – https://www.lemonde.fr/international/live/2023/12/02/en-direct-guerre-en-ukraine-plus-de-1-000-militaires-russes-tues-en-vingt-quatre-heures-selon-les-forces-armees-ukrainiennes_6202441_3210.html

ADVERTISEMENT

Related Posts

POPULAR NEWS

En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes - En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes * En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes | En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes | En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes | En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes | | En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes | | En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes | En direct, guerre en Ukraine : plus de 1 000 militaires russes tués en vingt-quatre heures, selon les forces armées ukrainiennes