Guerre en Ukraine, en direct : la Russie augmente ses attaques contre les infrastructures civiles, selon les Britanniques ; les Russes disent avoir « éliminé » un groupe armé à Kherson

Des habitants devant l’hôtel de ville d’Izioum, après le départ des occupants russes, dans la région de Kharkiv, Ukraine, le 17 septembre 2022.

Live en cours

Nancy Pelosi dénonce « des atrocités » commises par la Russie à Izioum. Les exhumations de 450 corps se poursuivent près de cette ville reconquise par les forces ukrainiennes.

Ce qu’il faut savoir à l’aube de ce dimanche 18 septembre

  • La présidence tchèque de l’Union européenne a appelé, samedi 17 septembre, à la création d’un tribunal international spécial après la découverte de centaines de corps enterrés près d’Izioum, ville reprise aux Russes dans l’est de l’Ukraine, où les combats continuent. « Au XXIsiècle, de telles attaques contre la population civile sont impensables et odieuses », a déclaré samedi sur Twitter le ministre tchèque des affaires étrangères, Jan Lipavsky, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne.
  • Les autorités ukrainiennes ont fait état vendredi de « 450 corps de civils portant des traces de mort violente et de torture » enterrés dans un bois à la périphérie d’Izioum. Dans son allocution quotidienne, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a annoncé samedi soir que « le processus d’exhumation se poursuit ». « De nouvelles preuves de torture ont été trouvées », a-t-il ajouté.
  • Le chargé des droits humains ukrainien, Dmytro Lubinets, a évoqué « probablement plus de mille citoyens ukrainiens torturés et tués dans les territoires libérés ».
  • Les Etats-Unis et l’Union européenne ont fait part de leur indignation, tenant pour responsable la direction russe. Moscou devra « rendre des comptes », a assuré le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré souhaiter la comparution du président russe, Vladimir Poutine, devant la justice internationale pour crimes de guerre.
  • De son côté, le président des Etats-Unis, Joe Biden, a une nouvelle fois mis en garde son homologue russe contre l’utilisation d’armes chimiques ou nucléaires en Ukraine. « Cela changerait le cours de la guerre, comme jamais depuis la seconde guerre mondiale. (…) Ne le faites pas, ne le faites pas, ne le faites pas », a enjoint M. Biden sur CBS, promettant une réponse « conséquente » des Etats-Unis si cette étape venait à être franchie.
  • Sur le terrain, où les forces ukrainiennes armées par les Occidentaux ont repris des milliers de kilomètres carrés à la faveur d’une contre-offensive dans le Nord-Est, combats et bombardements continuent. A Koupiansk, reprise la semaine dernière par les forces ukrainiennes, les affrontements se poursuivent avec l’armée russe retranchée du côté est de la rivière Oskil, ont constaté des journalistes de l’Agence France-Presse
  • Une centrale thermique a été « bombardée par les envahisseurs russes » samedi matin à Mykolaïvka, a affirmé Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région de Donetsk (Est), sur Telegram, indiquant que les pompiers ukrainiens luttaient contre le feu et que le bombardement avait entraîné des coupures d’eau potable.
  • L’armée russe, qui nie viser des infrastructures civiles ou des zones d’habitation, affirme avoir mené des frappes de « haute précision » contre des positions ukrainiennes dans les régions de Mykolaïv et de Kharkiv.
  • La centrale nucléaire de Zaporijia a été reconnectée au réseau ukrainien, ce qui permet de sécuriser le refroidissement des installations, a annoncé samedi l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Les affrontements entre Russes et Ukrainiens près de la centrale ces dernières semaines avaient entraîné l’arrêt de tous ses réacteurs.

Tout le live

La reine de la variété soviétique dénonce la guerre

Alla Pougatcheva, reine de la musique pop soviétique, a dénoncé, dimanche 18 septembre, la guerre de Vladimir Poutine en Ukraine qui, selon elle, tue des soldats pour des objectifs illusoires, accable la population et fait de la Russie un paria mondial.

Alla Pougatcheva, 73 ans, icône soviétique puis post-soviétique – qui est probablement la femme la plus célèbre de Russie –, a demandé à Moscou de la classer elle aussi comme « agent étranger » après que son mari, Maxime Galkine, comédien de télévision de 46 ans, a été inscrit sur la liste de l’Etat le 16 septembre. « Je vous demande de m’inclure dans les rangs des agents étrangers de mon pays bien-aimé car je suis solidaire de mon mari », a déclaré Alla Pougatcheva sur le réseau Instagram, interdit en Russie. La star a ajouté que son mari était un patriote qui voulait un pays prospère, la paix, la liberté et la « fin de la mort de nos garçons pour des objectifs illusoires ».

Depuis l’invasion du 24 février, la Russie a pris des mesures de répression contre la dissidence, en infligeant des amendes aux artistes qui font des commentaires antiguerre. La télévision d’Etat présente les auteurs de ces critiques comme des traîtres à la patrie. La Russie est en train de devenir un « paria » tandis que la vie de sa population est durement éprouvée par le conflit, a déclaré Alla Pougatcheva qui n’a pas utilisé le mot « guerre », mais a clairement exprimé sa désapprobation à l’encontre de ce que le Kremlin qualifie d’« opération militaire spéciale ».

Une telle critique la part de l’une des plus grandes célébrités de Russie – connue à travers les générations pour des succès tels que la chanson « Million Scarlet Roses » (1982) et le film « La femme qui chante » (1978) – est rare et potentiellement dangereuse pour elle aujourd’hui. Les propos d’Alla Pougatcheva illustrent également le niveau d’inquiétude de l’élite russe au sujet de la guerre.

Carnets d’exil, épisode 16 : « J’ai l’impression d’être devenue une élève presque comme une autre »

Les deux sœurs Valeria et Maria, réfugiées ukrainiennes, à Strasbourg. BENOÎT GUILLAUME POUR « LE MONDE »

Leurs vies ont été bouleversées par le conflit. Douze familles ukrainiennes et russes nous racontent leur nouveau quotidien en France au fil des mois. Puisqu’elles ont décidé, pour l’heure, de rester, elles viennent de vivre la première véritable rentrée scolaire ici. Anastasia et Eva au collège, à Cossé-le-Vivien et Dijon. En terminale pour Maria, à Strasbourg. La petite Simona, elle, n’a pas réussi à franchir le seuil de l’école française. Souvent, l’école ukrainienne reste à portée d’ordinateur.

Après six mois de guerre, plus de 100 000 déplacés ukrainiens bénéficient de l’allocation pour demandeur d’asile en France, selon les chiffres de l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Dans cette série, « Carnets d’exil », tous les noms ne sont pas publiés afin de protéger les personnes qui ont accepté de témoigner auprès du Monde.

Quatre médecins tués dans la région de Kharkiv, selon le gouverneur de l’oblast

D’après le gouverneur régional de Kharkiv, Oleh Synehoubov, quatre médecins auraient été tués lors d’un bombardement russe survenu dimanche, rapporte le média ukrainien The Kyiv Independent.

Oleh Synehoubov a déclaré que des médecins tentaient d’évacuer des patients d’un hôpital psychiatrique du village de Striletcha lorsque les forces russes ont lancé « un bombardement massif » de la région. Deux patients ont été blessés, a-t-il ajouté.

Nancy Pelosi dénonce « des atrocités » commises par la Russie

La présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, s’est exprimée, dimanche, en Arménie, à propos des récentes accusations contre l’armée russe d’exactions en Ukraine, après la découverte de plus de quatre cents tombes et une fosse commune en périphérie d’Izioum.

La visite de Nancy Pelosi survient alors que de récents affrontements ont éclaté entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan causant au moins la mort de 135 personnes, bilan communiqué vendredi 16 septembre par les autorités arméniennes. Une escalade inédite depuis 2020.

S’exprimant sur la reconnaissance du génocide arménien par les Etats-Unis en 2021, la présidente de la Chambre des représentants américaine a évoqué la guerre en Ukraine : « C’est un devoir moral pour tous de ne jamais oublier, une obligation qui a un caractère encore plus urgent alors que des atrocités sont commises à travers la planète, notamment par la Russie en Ukraine. »

Un bâtiment détruit à Kramatorsk, dans la région de Donetsk, le 18 septembre 2022.
La centrale thermique de Sloviansk endommagée par une frappe russe, dans la région de Donetsk, photo publiée le 18 septembre 2022.

Des enquêteurs de la police de Kharkiv exhument plus de quatre cents corps sommairement enterrés, dans la périphérie d’Izioum, pendant l’occupation russe, Dans la région de Kharkiv, le 17 septembre 2022
Dans une forêt à la périphérie d’Izioum, des croix indiquent l’emplacement de centaines de corps enterrés sommairement pendant l’occupation russe, dans la région de Kharkiv, le 17 septembre 2022.
L’école détruite de Morozivka, entre Balakliïa et Izioum, en territoire sous contrôle russe jusqu’au 11 septembre 2022, dans la région de Kharkiv, le 17 septembre 2022

Près de 3,7 millions de tonnes de denrées agricoles ont quitté l’Ukraine

Un total de 165 navires transportant environ 3,7 millions de tonnes de denrées agricoles ont quitté l’Ukraine dans le cadre de l’accord négocié en juillet par les Nations unies et la Turquie pour débloquer les ports du pays, a annoncé, dimanche, le ministère des infrastructures ukrainien, Olexandr Kubrakov. Depuis, trois ports de la mer Noire ont rouvert dans le cadre de cet accord par Moscou et Kiev, qui sont en mesure de charger et d’envoyer à l’étranger 100 à 150 cargos par mois.

« A 10 heures, huit navires ont quitté les ports de la grande Odessa, et deux autres attendent leur tour et des conditions favorables », peut-on lire dans un communiqué du ministère. Une dizaine de navires transportant 169 300 tonnes de produits agricoles devaient, en outre, quitter ce dimanche les ports ukrainiens de la mer Noire.

Les exportations de céréales de l’Ukraine ont chuté après l’invasion du pays par la Russie le 24 février. Le blocage des ports de la mer Noire et la forte hausse des prix alimentaires mondiaux ont réveillé le spectre de pénuries en Afrique et au Moyen-Orient. Important pays producteur et exportateur de céréales, l’Ukraine expédiait jusqu’à 6 millions de tonnes de céréales par mois avant la guerre.

Les autorités d’occupation russes disent avoir « éliminé » un groupe armé à Kherson

Les autorités d’occupation russes à Kherson, dans le sud de l’Ukraine, ont affirmé qu’un groupe armé avait été détruit lors de combats samedi soir dans le centre de cette ville, qui est l’objectif d’une contre-offensive ukrainienne. Dans un message publié sur Telegram, elles affirment également qu’aucun soldat russe n’a été blessé, ni aucun civil.

Côté ukrainien, la porte-parole du commandement sud de l’armée, Nataliya Gumenyuk, a dénoncé une « provocation ». S’exprimant dimanche matin sur une chaîne de télévision ukrainienne, elle a déclaré : « Les tirs et les explosions d’hier à Kherson sont une provocation de l’occupant. Nous avons prévenu que des provocations allaient avoir lieu entre le 17 et le 20 septembre. Elles sont destinées à entacher l’image des forces armées ukrainiennes », a-t-elle ajouté.

En Russie, le média public Vesti a publié une vidéo montrant deux blindés entourés de soldats lors de l’incident, sur une avenue dans le quartier de la gare ferroviaire de Kherson. Sur cette vidéo, l’un des blindés ouvre le feu à la mitrailleuse tandis que d’autres tirs se font entendre.

Dimanche matin, un cadre de l’occupation russe, Kyrylo Stremooussov, a assuré que la situation était « calme » à Kherson. « Les nazis essayent d’attaquer, mais sans succès », a-t-il affirmé sur Telegram. Depuis la fin d’août, les troupes ukrainiennes mènent une importante offensive pour reprendre la région et la ville de Kherson, la seule capitale régionale du pays tombée aux mains des Russes, au début de mars, quelques jours après le lancement de l’invasion russe.

L’Australie ne prévoit pas de bannir les touristes russes

Trois semaines après que l’Union européenne a suspendu un accord facilitant la délivrance de visas pour les Russes, le ministre de la défense australien, Richard Marles, a fait savoir que son pays ne comptait pas empêcher les touristes russes de pénétrer sur le territoire australien dans le cadre des sanctions prises après l’invasion russe de l’Ukraine. « Ce n’est pas quelque chose que

…. to be continued
>>> Lire la suite de l’article>>>
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source : Le Monde – https://www.lemonde.fr/international/live/2022/09/18/guerre-en-ukraine-en-direct-la-russie-augmente-ses-attaques-contre-les-infrastructures-civiles-selon-les-britanniques_6142095_3210.html

ADVERTISEMENT

Guerre en Ukraine, en direct : la Russie augmente ses attaques contre les infrastructures civiles, selon les Britanniques ; les Russes disent avoir « éliminé » un groupe armé à Kherson https://lecordonniermalchausse.fr   https://www.magasinjouet.net/   https://lacompagniedesbambous.com   https://x7i.biz   https://lemondemerveilleuxdesbebes.com  
--
Azerbaijan confirms 1,703 more COVID-19 cases, 2,180 recoveries – AzerNews *  Sweetnight – Couette été 220g/m² | 220×240 cm | Fine et Légère | Douceur et Confort | Lavable | Enveloppe 100… *  Serbien: Mehr als 80 Festnahmen bei Europride in Belgrad *  CHNHIRA Chaussures de Sécurité Homme Embout Acier Protection Confortable Léger Respirante Unisexes Chaussures de Travail *  EraSpooky Hommes Romain Déguisement Caesar Costume César Brutus Tunique *  * L’Amirauté, 46, avenue Théodore Aubanel 13460 Saintes-Maries-de-la-Mer *  Camping Hamac avec Moustiquaire et housse de pluie – Hamac Suspendu Double avec Abri de Soleil pour Jungle Randonnée… *  https://www.mentalismsecretsrevealed.com   https://www.maillot-de-bain-pour-femme-musulmane.com/   https://portalcamping.com   https://www.euronews.biz   https://www.echaussures.net/   https://nfl-news.org   https://www.diagnosismesothelioma.info   https://yourblogdomain.com